Les conférenciers

Florence AUBENAS, journaliste et essayiste
Journaliste et reporter de guerre, elle a travaillé pour Le Matin de Paris et Le Nouvel Economiste, avant d'entrer en 1986 à Libération où elle a effectué la plus grande partie de sa carrière comme grand reporter jusqu'à son départ en 2006 pour Le Nouvel Observateur.
Lors d'un reportage en Irak, en 2005, elle a été retenue en otage pendant plusieurs mois. Elle a été enlevée à l'université de Bagdad Jedida alors qu'elle réalisait un reportage sur les réfugiés de la ville de Falloujah qui vivaient dans des tentes sur le campus.
De février à juillet 2009, elle prend un congé sabbatique laissant circuler la rumeur qu'elle part au Maroc écrire un roman. Dans les faits, elle s'installe à Caen et s'inscrit au chômage pour chercher du travail. Elle mène l'enquête sur la France d'en-bas qui vit avec un salaire inférieur au SMIC. Après avoir enchainé les petits boulots, elle embarque comme femme de ménage sur un ferry au quai de Ouistreham. De cette expérience naquit le livre "Le Quai de Ouistreham" paru en 2010 où elle raconte la fatigue, la précarité, la vulnérabilité mais aussi la solidarité et les moments de bonheur arrachés à ce monde où vivre ressemble davantage à survivre. Cet essai a remporté en 2010 les prix Jean Amila-Meckert et Joseph Kessel. Elle a couvert le conflit syrien pour Le Monde et a reçu le Prix d'Académie 2015 pour son ouvrage "En France »

Bibliographie sélective :
La Fabrication de l'information. Les journalistes et l'idéologie de la communication., avec Miguel Benasayag,, éditions La Découverte. 1999
Résister, c'est créer , avec Miguel Benasayag. La Découverte.2002
La Méprise : l'affaire d'Outreau , éditions du Seuil. 2005
Grand reporter. Editions Bayard.2009
Le Quai de Ouistreham. Editions de l'Olivier, 2010
En France. Editions de l'Olivier, 2014
Paul BALLANFAT, philosophe
Docteur en philosophie, maître de conférences en études turques et persanes à Lyon 3, actuellement détaché à l'université Galatasaray d'Istanbul, écrivain ("Ruzbekhan, le dévoilement des secrets"), orateur charismatique et libertaire décomplexé, il est l'un des spécialistes français du soufisme et de l'Islam traditionnel et fait le lien entre le Sacré et la philosophie (Hegel, Heidegger, Levinas) qu'il enseigne avec jubilation. Il poursuit actuellement plusieurs séminaires sur Nietzsche. C'est un fin connaisseur de Heidegger et de Derrida et plus généralement des philosophes du XX° siècle
Etienne BIMBENET, philosophe
Agrégé de philosophie et ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, il est actuellement professeur à l'Université de Bordeaux. Spécialiste de philosophie contemporaine et sciences humaines, il a publié "Le problème anthropologique dans l'oeuvre de Merleau-Ponty" dans lequel il nous explique que celui-ci embrassait l'ensemble des sciences sociales afin de mieux servir sa réflexion philosophique. Il s'inscrit d'ailleurs dans cette lignée et sa recherche comme son discours sont éclectiques et profondément lumineux. Il a écrit un ouvrage qui connut un grand retentissement : "Cet animal que je ne suis plus" sur la conscience animale
Il vient de publier "Le complexe des trois singes" (Seuil)
Claude BIRMAN, philosophe
Agrégé de philosophie, professeur de Chaire Supérieure de philosophie à Paris, cet éminent spécialiste du judaïsme est un ancien élève de Levinas et un pédagogue exceptionnel auquel aucune problématique philosophique même complexe n'échappe. Il a écrit "Caïn et Abel aux origines de la violence". Il est aussi Maître de conférences à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris et au Collège d'Etudes Juives de l'Alliance Israëlite Universelle.
Eric BLONDIAUX, professeur en science politique et sociologue
Loïc Blondiaux est professeur de science politique à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne où il dirige le parcours « Ingénierie de la concertation » du Master de science politique. Il est également chercheur au Centre d'études sociologiques et de science politique de La Sorbonne. Il est membre du conseil scientifique de la Fondation pour la Nature et l'Homme (FNH), de « Décider ensemble » ainsi que du collectif « Mieux voter » et co-anime l'Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne. Ses travaux de recherche portent sur les théories de la démocratie, la démocratie participative et la démocratie délibérative. Il a publié récemment, (en collaboration), "Inventer la Démocratie du XXIème siècle" (Les liens qui libèrent), 2017 et (avec C. Traïni), "La démocratie des émotions" (Presses de sciences po), 2018.
Erik BORJA, createur de jardins japonais
Artiste plasticien, sculpteur et créateur de jardins d'inspiration japonaise, il a fait ses études aux Beaux-Arts et commencé sa carrière en tant que sculpteur.
Après un voyage au Japon et une visite des jardins de Kyôto en 1977, il décide de se consacrer entièrement au jardin, avec comme source d'inspiration les jardins japonais et les leçons du zen. Il a depuis créé de nombreux jardins publics et privés en France, à l'étranger, et dispense des enseignements dans ses jardins-ateliers de la Drôme.

Il est l'auteur, avec "Paul Maurer", de deux ouvrages sur le sujet ("Les Leçons du jardin zen", Editions du Chêne 1999, et "L'esprit du zen dans nos jardins", Editions du Chêne, 2005).

En 2007, il crée des jardins privés à Bruxelles, Lausanne et Paris. Elu jardin de l'année 2007 par l'AJJH (Association des Journalistes du Jardin et de l'Horticulture).
Gerard BOUCHET, philosophe
Professeur de philosophie à l'Ecole normale de Valence puis à l'IUFM de Grenoble de 1970 à 2003, il est titulaire d'un DEA de Sciences de l'Education et il est docteur en philosophie.
Il fut militant syndical, secrétaire général du syndicat des professeurs d'Ecoles Normales puis des IUFM de 1985 à 2002 et conseiller municipal de Valence de 2001 à 2008 où il fut nommé adjoint au maire de Valence chargé du Personnel, des marchés publics et des délégations de service public de 2008 à 2014. Il est actuellement conseiller municipal de Valence depuis 2014 et président de l'Observatoire de la laïcité 26/07 qu'il a contribué à fonder en 2012. Il poursuit ses travaux et ses recherches sur la laïcité

A publié :
1996 - Laïcité et enseignement - Armand Colin
1997 - Laïcité textes majeurs pour un débat d'actualité - Armand Colin
2006 - L'école dans la Drôme (1830-1880) - Editions et régions
2013 - La laïcité par les textes -Documents fondamentaux et matériaux d'enseignement
chez L'Harmattan (en collaboration avec C. Forestal )
2018 - La laïcité en question(s) - L'Harmattan
Belinda CANNONE, essayiste
Belinda Cannone est romancière et essayiste.
Docteure et maître de conférences en littérature comparée, elle a enseigné neuf ans à l'université de Corte, et, depuis 1998, à l'université de Caen.
Sa production romanesque débute en 1990, avec "Dernières promenades à Petrópolis" (réédité en poche en 2013, sous le titre L'Adieu à Stefan Zweig). A partir de l'année 2000, elle commence à écrire des essais. Elle a publié cinq romans dont "L'Homme qui jeûne" (Editions de l'Olivier, 2006) et des essais parmi lesquels "L'Ecriture du désir" (prix de l'essai de l'Académie française 2001) et "Le Sentiment d'imposture" (grand prix de l'essai de la Société des gens de lettres 2005).
Ses essais traitent des rapports entre les arts, et tout particulièrement la littérature et la musique, elle a publié en 1998 "Musique et littérature au XVIIIe siècle" (PUF).
Dans son essai "La bêtise s'améliore" (Stock, 2007) en trente-six brefs chapitres, Belinda Cannonne aborde l'amour, la politique, l'économie, l'art, la morale, la langue, le désir, le bonheur... et lance un appel à la réflexion, à la responsabilité intellectuelle.
En 2013, elle publie un essai sur le désir sensuel, "Petit éloge du désir", sous forme de 250 fragments et aphorismes.
Depuis les années 1990, elle écrit des articles pour les revues comme Quai Voltaire Revue littéraire, Verso - Arts et lettres, L'Atelier du roman et Le Magazine littéraire.
En 2017 elle a publié un magnifique "Dictionnaire des mots en trop"
Albert CICCONE, psychanalyste
Psychanalyste à Vienne, professeur de psychopathologie clinique à l'Université Lyon 2, il est un spécialiste de la psychopathologie de l'enfant. Il a notamment écrit : "Psychanalyse du lien tyrannique" et "Honte, culpabilité, traumatisme" en collaboration avec notre célèbre conférencier le psychanalyste Alain Ferrant. Il vient de publier "La psychanalyse à l'épreuve du bébé" et "La violence dans le soin".
La naissance de la vie psychique et son développement sont les fondements de sa recherche et de ses publications. Ses interventions sont toujours d'une extraordinaire densité et requièrent une profonde attention. Il est toujours suivi d'un très nombreux public d'anciens et d'actuels étudiants
Danielle COHEN-LEVINAS, philosophe
Ancienne élève du Conservatoire National Supérieur de Musique, de l'Ecole Normale Supérieure de musique et de l'Université Paris IV et Paris I Sorbonne, Danielle Cohen-Levinas est philosophe et musicologue. Professeur à l'Université Paris IV Sorbonne depuis 1998, elle a fondé en 2008 le Collège des Etudes juives et de philosophie contemporaine - Centre Emmanuel Levinas.Ses domaines de recherches et de spécialisation sont : l'idéalisme musical allemand, l'opéra et la création musicale et artistique au XX° siècle (en particulier Schoenberg), la philosophie contemporaine, la post-phénoménologie française et la philosophie juive allemande.
Quelques ouvrages parus :
- La voix au-delà du chant
- Emmanuel Levinas et le souci de l'art
- Levinas et l'expérience de la captivité
- Lire Totalité et Infini
Andre COMTE-SPONVILLE, philosophe
Moins people qu'un BHL, moins polémiste qu'un Onfray, moins pessimiste que Finkielkraut, A.C-S appartient au club très fermé des philosophes médiatiques, depuis l'immense succès de son "Petit traité des grandes vertus" en 1995. Apprécié du grand public pour sa clarté, il a continué à tracer son sillon avec l'application imperturbable d'un laboureur. C'est cette fidélité à lui-même qui lui permet aujourd'hui d'exposer, avec la force de la cohérence, les pierres angulaires de sa "demeure intellectuelle" dans un livre d'entretiens nourris, au titre emprunté à Montaigne : "C'est chose tendre que la vie".
A contre-courant de son époque fascinée par le structuralisme et la déconstruction, Comte-Sponville prône depuis toujours un certain classicisme. "L'originalité n'est pas mon propos. Mon but n'est pas de penser neuf mais de penser juste" affirme-t-il avec une honnêteté qu'on aurait tort de confondre avec de la modestie mal assurée. Au contraire il n'hésite pas à déboulonner quelques statues contemporaines. "Mécontent" des pensées de Deleuze, Barthes ou Derrida, il trouve le séminaire de Lacan "l'un des spectacles les plus ridicules que j'aie jamais vus" et de Lacan lui-même qu'il est grotesque et pontifiant. Toutes les avant-gardes lui paraissent en définitive des maniérismes ou des impasses. Plus proche de Lei-Strauss, de Marcel Conche ou du philosophe du réel Clément Rosset, le penseur d'une spiritualité athée se revendique surtout "matérialiste comme Epicure, rationaliste comme Spinoza, humaniste comme Montaigne"
(biographie fortement inspirée d'un article de Marie Lemonnier paru dans l'Obs le 17-9-2015)
Philippe CORCUFF, philosophe
Enseignant-chercheur à Sciences-Po Lyon, philosophe et sociologue, ce qui lui vaut des attaques dans les deux champs disciplinaires, Philippe Corcuff est un homme engagé dans son siècle. Il a souligné la vigueur politique de la nouvelle sociologie française post-Bourdieu tout en s'engageant effectivement dans les gauches radicales et altermondialistes. C'est un fervent partisan de la vulgarisation des savoirs et à ce titre il est engagé de façon régulière dans l'Université Populaire de Lyon. Remarquable orateur, pédagogue et clair, il se prête au dialogue et les débats de fin de conférences sont avec lui toujours sérieux et animés
Anne COSTANTINI, psychiatre et psychanalyste
Psychanalyste et psychiatre à Lyon et Valence, Anne Costantini intervient sur des sujets très divers du fait de sa riche expérience et de ses innombrables curiosités.
Parmi ses recherches, la violence chez les adolescents, dont elle dit que c'est aussi une modalité de la vie chez chacun de nous.
Elle se demande de quoi nous aurions à guérir : la maladie et la santé sont un rapport à la vie, souvent énigmatique.
Avec un brin de provocation, elle dit que pour guérir son âme, il faut parfois arrêter d'être en bonne santé. Tomber malade est alors le début de la guérison.
Les questionnements auxquels elle nous soumet s'appuient sur l'expérience du monde psychique, et nous mènent vers l'éthique, la morale et la philosophie. Sans jamais jargonner ni compliquer les débats, elle rend toujours son public plus intelligent.
Jacques de SAINT VICTOR, historien des idees politiques
Jacques Maury de Saint Victor a commencé sa carrière comme avocat et chargé de cours à la Sorbonne, puis il est devenu journaliste au Figaro Economie. En 1996, après son doctorat en histoire du droit, il quitte le journalisme pour l'université, tout en restant chroniqueur au Figaro littéraire.
Auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire des idées politiques, notamment la pensée libérale, la crise de la démocratie et le populisme, les systèmes de droit et la criminalité organisée, il est membre du comité de rédaction de la revue Cités et corédacteur en chef de cette revue, membre du comité de rédaction de la Revue des deux Mondes. Depuis 2009, il est professeur à l'université Paris 13 et au CNAM;
Ses recherches portent aussi sur l'histoire juridique de la mondialisation. Il est par ailleurs professeur invité à l'Università degli Studi Roma Tre.
Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en différentes langues, notamment en italien. Il est d'ailleurs un spécialiste des questions italiennes.
Il est membre de l'Association française des historiens des idées politiques (AFHIP) et de l'Association des historiens des facultés de droit.
Jean-Noel DUMONT, philosophe
Professeur agrégé de philosophie, enseignant en classe préparatoire à l'Externat Sainte-Marie à Lyon et ancien directeur du Collège Supérieur, cet éminent spécialiste de l'oeuvre de Pascal et des philosophies de l'Antiquité grecque est un ancien élève de Deleuze dont il a surtout retenu l'art oratoire. Il a publié des ouvrages de référence sur l'"Apologie de Socrate", les "Pensées" de Pascal et plus récemment Charles Péguy ("Péguy, l'axe de détresse"). Il met son solide sens de l'humour au service d'un argumentaire en général incontestable. Comme un fil rouge chez ce philosophe impatient, l'exigence de justice, la dignité de l'homme, le refus de la compromission.
Docteur Serge DUPERRET, medecin reanimateur
Médecin anesthésiste, il dirige le service de Réanimation chirurgicale et de Surveillance continue chirurgicale de l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon, où il a notamment à sa charge les opérations liées aux greffes d'organes. Les multiples aspects de sa fonction le poussent à des questionnements philosophiques sur l'éthique médicale et plus particulièrement celle se rapportant à la greffe d'organes. Il mène actuellement une réflexion sur le concept de sacrifice en lien avec la maladie et à la suite sur la culpabilité dans le soin.
Il est docteur en philosophie depuis 2015.
Alain FERRANT, psychanalyste
Professeur émérite de Psychopathologie clinique à l'Université Lumière-Lyon 2, psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris et auteur d'un certain nombre d'ouvrages qui portent tant sur les conduites d'emprise que sur le sentiment de honte (il a publié notamment "Honte, culpabilité, traumatisme" en 2008) Alain Ferrant est un très brillant orateur qui enthousiasme les Apprentis Philosophes autant par l'audace et l'humanité de ses exposés que par la finesse de ses analyses littéraires.
Il travaille régulièrement à deux voix et à deux plumes avec son ami Albert Ciccone et s'intéresse particulièrement au champ de la création littéraire à travers des auteurs comme Celine, Maupassant, Rimbaud et Blaise Cendrars.
Jacqueline FERRET, psychanalyste
Psychanalyste à Valence, elle a toujours mené parallèlement à sa pratique des recherches et des études, notamment en lien avec la philosophie, afin d'approfondir son savoir et enrichir sa pratique.
Pas strictement une lacanienne, en tout cas consciente que toute la psychanalyse ne se limite pas à Lacan, elle a un talent naturel à transmettre sa connaissance et le démontrera lors d'un week-end philo et psy durant l'année
Eric FIAT, philosophe
Professeur agrégé et docteur en philosophie, il enseigne à l'université de Marne-la-Vallée où il dirige le mastère de philosophie pratique, option Ethique médicale et hospitalière. Il consacre ses cours de philosophie à "l'Ethique à Nicomaque" d'Aristote, aux "Fondements de la métaphysique des moeurs" de Kant, et s'intéresse plus généralement à l'éthique : le mensonge, l'angoisse, la gratuité, la pudeur. C'est un orateur drôle, libéré, théâtral, dont les conférences chez les Apprentis Philosophes ont un énorme succès et remplissent totalement les amphis. Il a publié "Corps et Ame" en 2015 et "Ode à la fatigue" en 2018.
Sa connaissance très fine et très subtile de l'oeuvre difficile de Kant autorise des exposés d'une grande profondeur que sa facilité oratoire rend aisément et facilement compréhensibles
Cynthia FLEURY, philosophe
Philosophe, chercheur à l'Institut des Sciences de la communication et professeur à l'American University of Paris. Elle travaille sur les outils de la régulation démocratique.
Philosophe et psychanalyste, elle a notamment publié "La Fin du courage : la reconquête d'une vertu démocratique" (2010), "Les Irremplaçables" (2015) et "Dialoguer avec l'Orient : retour à la Renaissance" (2016).
Elle est une très grande voix de la philosophie contemporaine
Marcel GAUCHET, philosophe
Né en 1946, historien et philosophe, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris et au Centre de recherches politiques Raymond-Aron, Marcel Gauchet est également rédacteur en chef de la revue "Le Débat" depuis sa création, en 1980. Il anime un blog personnel (gauchet.blogspot.com). Il demeure un des intellectuels les plus atypiques et les plus respectés produits par la France depuis Mai 68.
Dès 1966, il est lié à Claude Lefort qui va déterminer son orientation et ses intérêts. Le philosophe Claude Lefort est l'un des fondateurs du mouvement "Socialisme ou barbarie" qui, dans les années 70, se réclame du marxisme tout en concentrant ses efforts sur l'analyse et la dénonciation de la pensée "totalitaire".
A partir de 1968, Marcel Gauchet rompt avec le marxisme et s'efforce de formuler une théorie de l'histoire "alternative". Il se rapproche de Pierre Clastres et de Gladys Swain (psychiatre) avec qui il écrira plusieurs livres sur la folie liée à la modernité. En 1980, Pierre Nora lui propose de devenir rédacteur de la revue "Le Débat". En 1980, également, il publie un article fameux : " Les droits de l'homme ne sont pas une politique". En 1989, il entre au "Centre de recherche Raymond Aron", où il rejoint Jacques Julliard et Monique Canto-Sperber. Le centre R. Aron est généralement considéré comme le bastion de la pensée libérale aujourd'hui en France.
Olivia GAZALE, philosophe
Professeur de philosophie dans les classes préparatoires et depuis 1998 à l'Institut d'Etudes Politiques, elle est co-fondatrice, présidente et conférencière des "Mardis de la philo".
Elle travaille à rendre la philosophie accessible et vivante, au travers de conférences, d'articles (elle a collaboré deux ans à Philosophie magazine) et de contributions à des ouvrages collectifs.
"Je t'aime à la philo" est son premier livre paru en 2012 chez Robert Laffont et elle a publié en 2017 "Le mythe de la virilité" qui a connu un très grand succès et au sujet duquel elle donne des conférences enlevées et réjouissantes.
Raphael GLUCKSMANN, essayiste
Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, il est auteur et essayiste, et depuis peu député européen. Il a vécu de l'intérieur la Révolution des Roses en Géorgie en 2003, puis la Révolution Orange en Ukraine en 2004 avant de devenir, pendant cinq ans, un proche conseiller du président géorgien Mikheil Saakachvili. Ses derniers livres parus - "Génération gueule de bois, manuel de lutte contre les réacs" en 2015, et "Notre France, dire et aimer ce que nous sommes" en 2016 (Allary Editions)- succès critiques et de librairie, ont fait de lui l'un des rares jeunes intellectuels dont la voix porte. En 2019 il lance PLACE PUBLIQUE et est candidat aux élections européennes de mai. Il est élu en tant que tête de liste
Christian GODIN, philosophe
Philosophe, maître de conférences à l'université de Clermont-Ferrand, il est le rédacteur en chef de la revue Cités et l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages parmi lesquels Négationnisme et totalitarisme, La Fin de l'humanité, Le Dictionnaire de philosophie, Le Triomphe de la volonté, La Philosophie pour les Nuls et La Psychanalyse pour les Nuls. Il travaille actuellement à une Encyclopédie philosophique, thèmes et notions ainsi qu'à un triptyque consacré à l'identité, à la justice mondiale et à l'environnement. C'est un pédagogue exceptionnel et un humaniste à l'âme noble
Roland GORI, psychanalyste et essayiste
Psychanalyste à Marseille où il enseigne la psychopathologie clinique à l'université, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont "De quoi la psychanalyse est-elle le nom ?" et "L'Empire des coaches". Roland Gori est célèbre pour avoir lancé l'Appel des appels en 2008 soutenu par des dizaines de milliers de signataires. Le mouvement ne se contente pas de faire écho aux diverses revendications issues du malaise social mais son organisation se donne pour objectif d'avoir une approche transversale des problèmes sociaux et politiques révélés par les pratiques professionnelles. En ce sens, l'ADA travaille avec d'autres organisations comme le Réseau Education Sans Frontières, Sauvons l'Université, Sauvons la Recherche, ou le Syndicat de la magistrature. C'est un remarquable orateur, généreux et pédagogue
Etienne GRUILLOT, philosophe
Professeur agrégé de philosophie à Dijon, il a écrit pour France-Culture les chroniques de l'émission "La vie comme elle va" plébiscitées par les auditeurs et éditées au Seuil. Méditations vagabondes qui contiennent le dedans et le dehors des choses et des êtres, elles parlent de l'ailleurs à défaut de parler d'ailleurs. Il est un philosophe contrasté et sensible, un philosophe de la vie de tous les jours, des instants qui viennent, de ce qui arrive et de qu'on entend et de tout ce qui pourrait paraître anodin à quoi il cherche à donner du sens. Il a publié "Faut-il tolérer toutes les idées?". Excellent orateur, il sait mettre la philosophie à la portée de tous avec un grand talent pédagogique empreint de simplicité...
Delphine HORVILLEUR, rabbin et essayiste
Après avoir suivi des études de sciences médicales à l'université Hadassa de Jérusalem pendant lesquelles elle est mannequin, elle s'est inscrite à l'Ecole de journalisme du CELSA à Paris. Journaliste à France 2 de 2000 à 2003, Delphine Horvilleur travaille au bureau de France 2 de Jérusalem puis devient correspondante de RCJ à New York où elle étudie au séminaire rabbinique du mouvement réformé Hebrew Union College et où elle reçoit son ordination rabbinique (smikha) en mai 2008.
Delphine Horvilleur est rabbin du MJLF au centre de Beaugrenelle à Paris, depuis 2008.
En 2003, Delphine Horvilleur a fondé un cercle d'étude juive interactif, le Café biblique.
Delphine Horvilleur intervient dans l'émission "La Source de vie" de Josy Eisenberg sur France 2. Elle publie dans Le Monde, Le Figaro ou Elle. De 2012 à 2014, elle a publié une chronique permanente dans "Le Monde des Religions".
En mars 2014, elle est choisie par le magazine L'Express comme une des neuf jeunes intellectuelles françaises constituant "la relève".
intervenant(e) indetermine(e)
Michela MARZANO, philosophe
Michela Marzano est professeure de philosophie à l'Université Paris Descartes, diplômée de l'université de Rome "La Sapienza", et normalienne. Auteure de nombreux ouvrages en italien et en en français dont "Penser le corps" (2002), "Je consens donc je suis" (2006), "Extension du domaine de la manipulation" (2008), "Le contrat de confiance" (2010), elle a dirigé le "Dictionnaire du corps" et le "Dictionnaire de la violence". Elle dirige aux PUF la collection La nature humaine. En 2013, elle a été élue députée au Parlement italien. Son dernier essai, "Papa, maman, le genre et moi", paraît en 2017 chez Albin Michel suivi d'un roman magnifique et pathétique « L'amour qui me reste » en 2018
Charles PEPIN, philosophe
Agrg de philosophie et diplm de Sciences Po Paris et d'HEC Paris. Il enseigne la philosophie la Maison d'ducation de la Lgion d'honneur (Saint Denis) et Sciences Po. Il a crit une dizaine de livres traduits dans une vingtaine de pays et est notamment, avec Jul, l'auteur des bandes dessines best-sellers autour de la philosophie et des philosophes "La Plante des sages" (200 000 exemplaires) et "Platon La Gaffe" (100 000 exemplaires).
Il tint durant quelque temps une chronique de philosophie dans les missions tlvises "Culture et dpendances" sur France 3, et "En apart" (Canal +), chroniques qu'il tient aujourd'hui tous les mois dans les magazines, "Transfuge" et "Psychologies magazine". Il a t deux reprises l'invit de l'mission tlvise d'Arte "Philosophie" prsente par Raphal Enthoven: sur la mort en 2009 et sur la beaut en 2014. Enfin il participe rgulirement "Philosophie Magazine", dans lequel il rpond chaque mois une interrogation personnelle d'ordre philosophique, mtaphysique ou morale formule par un lecteur. Depuis 2010, il anime un sminaire philosophique ouvert tous au cinma MK2 Hautefeuille, dans le sixime arrondissement, Paris.
En fvrier 2015 est publi son roman La Joie o il emprunte Albert Camus, puisqu'il s'inspire de "L?tranger". Il dit "quand le bonheur est impossible, la joie peut se trouver partout."
Charles Pepin a publi chez Allary Editions un magnifique essai en 2016 :" Les vertus de l'chec" et il vient de faire paratre "La confiance en soi"
Jean-Philippe PIERRON, philosophe
Professeur agrégé de philosophie, doyen de la faculté de philosophie de Lyon 3, il travaille sur l'éthique générale et le statut de la vérité morale. Il s'inscrit comme un spécialiste d'éthique et santé, domaine pour lequel il donne cours, colloques et conférences. Sa préoccupation théorique porte sur la santé envisagée essentiellement sous son aspect éthique (le lien entre santé et bonheur). Il a publié en 2003 "On ne choisit pas ses parents. Comment penser la filiation et l'adoption ?". Il mène actuellement un projet de recherches sur le concept de santé dans son histoire, ses transformations et sa traduction dans la pratique du soin. La place de la question spirituelle à l'époque contemporaine fait partie de ses préoccupations. Il a publié en 2011 "Philosophie du soin", "Où va la famille ?" en 2014 et "Ecologie politique de l'eau" en 2017.
Myriam REVAULT D'ALLONNES, philosophe
Philosophe française. Professeur émérite des Universités à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE). Chercheur associé au CEVIPOF (Centre de recherche de Sciences Po). Elle a enseigné à l'Ecole doctorale de Sciences Po Paris (Théorie politique). Ancienne directrice de programme au Collège International de Philosophie, elle a dirigé de 2006 à 2013 la collection de philosophie pour enfants « Chouette ! Penser » aux éditions Gallimard-jeunesse. Elle collabore régulièrement à la revue Esprit.
Elle est membre de la commission du Livre blanc sur la politique étrangère et européenne de la France (2008) et du Jury de la Conférence de consensus sur la prévention de la récidive (2012).
Elle a présidé de 2015 à 2018 a commission philosophie-psychanalyse-sciences religieuses du Centre National des Lettres (CNL)
Spécialiste de philosophie éthique et politique, ses recherches ont d'abord porté sur la Terreur de la Révolution française, sur le "mal du politique" et le "caractère intraitable" des passions dont est faite l'assise originaire du lien social. Elle a ensuite abordé des problèmes liés aux expériences politiques contemporaines, d'où ses récents travaux sur les notions d' "autorité", de "crise", de "représentation" et très récemment autour de la question de la "post-vérité". Sa réflexion sur la démocratie accorde une place décisive aux affects politiques et aux dispositions subjectives que les individus entretiennent à l'égard du mode d'existence démocratique.
Elle a reçu en 2019 le Prix spécial du livre politique pour l'ensemble de son oeuvre.

Principales publications
- D'une mort à l'autre. Précipices de la révolution, Seuil, 1989
- La persévérance des égarés, Christian Bourgois, 1991
- Ce que l'homme fait à l'homme. Essai sur le mal politique, Seuil, 1995 (Champs-Flammarion, 1999 et 2010)
- Le dépérissement de la politique. Généalogie d'un lieu commun, (Champs-Flammarion 2001)
- Merleau-Ponty. La chair du politique, Michalon, 2001
- Fragile humanité, Aubier-Flammarion, 2002
- Doit-on moraliser la politique ? Bayard, 2002
- Pourquoi les hommes font-ils la guerre ? Gallimard-Jeunesse, 2006
- Le pouvoir des commencements. Essai sur l'autorité, Seuil, 2006 (« Points Essais » 2012)
- L'homme compassionnel, Seuil, 2008
- Pourquoi nous n'aimons pas la démocratie, Seuil, 2010
- La crise sans fin. Essai sur l'expérience moderne du temps, Seuil, 2012 (« Points Essais », 2016)
- Raconter des histoires, raconter l'histoire, Gallimard -Jeunesse, « Chouette ! Penser », 2013
- L' obstination (avec Adèle Van Reeth), Plon, 2014
- Le miroir et la scène. Ce que peut la représentation politique, Seuil, 2016
- La politique expliquée à nos enfants, Seuil, 2017
- La faiblesse du vrai. Ce que la post vérité fait à notre monde commun, Seuil, 2018
Elisabeth ROUDINESCO, historienne et psychanalyste
Elisabeth Roudinesco, née le 10 septembre 1944 à Paris, est une universitaire, historienne et psychanalyste française, biographe de Jacques Lacan et de Sigmund Freud, auteur, avec Michel Plon, d'un dictionnaire de psychanalyse.

Elle est lauréate du Prix 1996 du meilleur livre de la Société français d'histoire de la médecine pour son ouvrage Généalogies, elle a également reçu le Prix Décembre 2014, puis le Prix des prix littéraires 2014, pour sa biographie Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre.

En une vingtaine d'ouvrages, elle a également abordé les liens entre psychanalyse, histoire, littérature, féminisme, révolution française et judaïsme.

En 1993, elle consacre une biographie à Jacques Lacan, interprète d'un freudisme originel né à Vienne à la fin du xixe siècle : marqué dès 1938 par le sentiment généralisé d'un déclin du patriarcat, Lacan a eu comme Freud, et contre l'école anglaise, le souci de revaloriser la place du père dans la société occidentale, sous la forme d'une fonction symbolique ; Elisabeth Roudinesco met en évidence que, bien que Freud soit rétif à toute perspective philosophique, Lacan a introduit des éléments de la philosophie allemande (Hegel, Nietzsche, Heidegger) dans la doctrine freudienne, tout en permettant de l'extraire définitivement de toute tentation biologisante pour, à partir de méthodes structuralistes empruntées à Saussure, Roman Jacobson et Lévi-Strauss l'orienter vers la primauté du langage et du sujet.
Daniel SIBONY, psychanalyste, mathematicien et philosophe
En 1985, il soutient une thèse de doctorat de 3e cycle en philosophie à l'université de Paris I, intitulée "Passages de lettre" sous la direction de Jean-Toussaint Desanti. Il se forme en psychanalyse avec Lacan, et devient psychanalyste. Ses publications concernent aussi bien la psychanalyse que la philosophie (Bergson, Heidegger) ou le judaïsme, l'islam et le conflit israélo-palestinien.
Carole TALON-HUGON, philosophe
Carole Talon-Hugon est professeure agrégée de philosophie, spécialiste d'esthétique, de philosophie de l'art et de théories des émotions.
Elle enseigne à l'université de Nice Sophia Antipolis au département de philosophie. Elle est directrice adjointe du Centre de Recherche en Histoire des Idées (dont elle a été directrice de 2005 à 2012).
Présidente de la Société française d'esthétique, directrice de publication de la Nouvelle revue d'esthétique et directrice de rédaction de la revue de philosophie Noesis, elle a entrepris à l'université Paris IV Sorbonne une thèse en philosophie sur les traités des passions au XVIIe siècle.
Pierre-Henri TAVOILLOT, philosophe
Pierre-Henri Tavoillot (né en 1965) est philosophe. Agrégé, docteur, il enseigne à Sorbonne Université (Faculté des Lettres), où il est aussi professeur délégué à la formation tout au long de la vie. Il est également chargé de cours à Sciences-po et Président du Collège de Philosophie. Ses travaux portent sur les âges de la vie ainsi que sur l'autorité et l'art politique à l'âge démocratique.
Il intervient régulièrement comme conférencier au sein des entreprises et des collectivités locales.

Parmi ses ouvrages :
- Comment gouverner un peuple-roi ? Traité nouveau d' art politique (Odile Jacob, 2019 ; Prix 2019 du livre des députés de l' Assemblée Nationale)

- De mieux en mieux ET de pire en pire. Chroniques hypermodernes (Odile Jacob, 2017)

- La guerre des générations aura-t-elle lieu ? (en coll. avec Serge Guérin, Calmann-Lévy, 2017)

- L'abeille (et le) philosophe, (en coll. avec F. Tavoillot, Odile Jacob, 2015)

- Faire ou ne pas faire son âge (Ed. de l'Aube, 2015)

- Petit almanach du sens de la vie (Livre de Poche, 2013)

- Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots ...(en coll. avec Laurent Bazin, Ed. de l'Aube, 2011)

- Qui doit gouverner ? Une brève histoire de l'autorité (Grasset, 2011)

- Philosophie des âges de la vie (en coll. avec E. Deschavanne, Grasset, 2007 ; rééd. Hachette Pluriel, 2008 ; Prix François Furet 2008)

- Le Crépuscule des Lumières (Cerf, 1996)

Il a été conseiller auprès du Ministre de l'Education Nationale et de l'Enseignement Supérieur (2000-2002), membre du Conseil National des Programmes (1993-2004) ainsi que du Conseil d'Analyse de la Société (près le Premier Ministre, 2004-2013) et du Comité d'éthique du CNRS (COMETS, 2011-2015).
Enfin, avec son frère François, apiculteur professionnel, il a publié un ouvrage racontant l'extraordinaire destin de l'abeille dans l'histoire de la pensée (L'abeille (et le) philosophe, Odile Jacob, 2015).
Gaelle WIENHOLD, philosophe
Professeur agrégée de philosophie et enseignant dans un lycée de Valence, elle est à l'origine de la création de l'association Les Apprentis Philosophes dont elle fut en 2002, au tout début de sa carrière, la première conférencière à Vienne où elle enseignait alors.
Leibniz, Spinoza, Bergson sont ses philosophes de prédilection mais sa curiosité et sa faculté à se remettre en question et à ne pas asseoir sa pensée sur un savoir définitif la poussent à chercher des domaines de recherche inédits
Michel WIEVIORKA, sociologue
Les grands-parents paternels de Michel Wieviorka, Juifs polonais, furent arrêtés à Nice pendant la guerre et sont morts à Auschwitz. Le grand-père, Wolf Wiewiorka, est né le 10 mars 1896 à Minsk. La grand-mère, Rosa Wiewiorka, née Feldman, est née le 10 août 1897 à Siedlce. Leur dernière adresse à Nice est au 16 rue Reine Jeanne. Ils sont déportés par le convoi No. 61, en date du 28 octobre 1943, du Camp de Drancy vers Auschwitz. Ils sont détenus avant au Camp de Beaune-la-Rolande. Son père, réfugié en Suisse, et sa mère, fille d'un tailleur parisien, réfugiée à Grenoble, survécurent à la guerre.
Il est le frère d'Annette, Sylvie et Olivier Wieviorka.

Sa sociologie introduit une perspective qui tient compte de la globalisation, de la construction individuelle, et de la subjectivité des acteurs. La sociologie de l'action qu'il construit depuis ses premiers travaux sur les mouvements de consommateurs dans les années 1970 l'a conduit à étudier aussi bien des mouvements sociaux que des phénomènes comme le racisme, la violence, ou l'antisémitisme.
Sa reconnaissance internationale doit beaucoup à ses travaux sur le terrorisme (prix spécial du jury européen d'Amalfi 1989 pour son livre Sociétés et terrorisme3) et autres conduites de haine et de violence ainsi que sur la globalisation et le multiculturalisme. Plusieurs de ses ouvrages sont traduits en anglais, en allemand, en espagnol, en portugais et en japonais.

Ses recherches sont volontiers comparatives à l'échelle internationale et il a mené des travaux dans plusieurs pays notamment en Pologne, en Espagne, aux Etats-Unis, en Amérique latine, en Russie.

Directeur d'études à l'EHESS, il y a dirigé de 1993 à 2009 le Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (CADIS) fondé par Alain Touraine en 1981.
Depuis juillet 2009, il est Administrateur de la Fondation Maison des sciences de l'homme.
Il est président du jury de la Bourse Michel Seurat (Cnrs) et du Conseil scientifique du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN).
Ancien membre du Conseil scientifique de la Défense, il est, par ailleurs, président à Bruxelles d'un panel du Conseil européen de la recherche (CER ou European Research Council, ERC-7e PCRD).

En décembre 2018, il considère que le mouvement des Gilets jaunes a « un tropisme vers la droite dure ou extrême », dans une interview du journal Libération.
Frederic WORMS, philosophe
Professeur de philosophie à l'Ecole Normale Supérieure, où il dirige le Centre international d'Etude de la philosophie française contemporaine, et membre éminent du Comité consultatif national d'éthique, Frédéric Worms est l'un des plus brillants esprits de la philosophie contemporaine.
Son travail s'organise autour de l'histoire de la philosophie, ainsi que de la philosophie générale, morale et politique.
Dans le premier domaine il est un spécialiste reconnu de l'oeuvre de Bergson. Il a aussi développé une hypothèse générale d'histoire de la philosophie (la notion de "moment") appliquée notamment à la philosophie française du XXe siècle dans sa diversité.
Dans le second domaine, il étudie les relations vitales et morales entre les hommes, ainsi que leurs ruptures et violations. Sa réflexion va de la métaphysique à la morale et à la politique, perspective qu'il a notamment appliquée à la question du soin prise dans toutes ses dimensions.
Spécialiste de l'oeuvre de Bergson, il est le co-auteur avec Ph.Soulez d'une biographie faisant autorité et il a publié plusieurs ouvrages sur sa pensée, dont "Bergson ou les deux sens de la vie" (PUF Quadrige).
Jean-Jacques WUNENBURGER, philosophe
Professeur agrégé de philosophie, ancien doyen de la faculté de philosophie de Lyon 3, il a publié de nombreux ouvrages dont "L'Imaginaire et Le Sacré" dans la collection Que sais-je ? On ne peut s'intéresser à l'oeuvre de JJ Wunenburger sans se pencher sur celle de Bachelard dont on peut dire qu'il est l'héritier et le continuateur. Toute son oeuvre est une réflexion et une mise en perspective de la notion de sacré. La question de l'image en lien avec le sacré, celle du divin et celle de l'imaginaire sont comme les fils rouges de ses nombreux ouvrages
Les Apprentis Philosophes - Courrier : BP 363 38205 VIENNE CEDEX - contact@apprentisphilosophes.fr - Mentions légales